Fin de session parlementaire après une année de réformes

 

Voici que s’achève la session extraordinaire qui clôture cette première année du quinquennat d’Emmanuel Macron.

Élu au Sénat le 24 septembre dernier, j’ai pris le « train des réformes » en cours de route. Un train bien loin de rouler à l’allure ralentie que l’on prête faussement aux sénateurs ! Durant toute cette session, j’ai participé avec mes collègues du groupe La République en Marche à la construction d’un nombre extrêmement élevé de textes de lois concourant aux réformes promises par le Président de la République et mises en œuvre par le Gouvernement.

Nous savons tous que la conduite des transformations n’est jamais facile et que cela bouscule, crée des interrogations, voire des inquiétudes. Le bicamérisme est à mon sens indispensable au fonctionnement régulé de la démocratie. On l’a vu sur certains textes de lois, je pense notamment à celui concernant la réforme de la SNCF, où le Sénat a joué à plein son rôle de modération et de co-construction. Malheureusement, la majorité de Droite s’évertue la plupart du temps à faire de la Haute Assemblée l’opposant systématique au Gouvernement. On vient de le voir récemment avec la Loi Agriculture et Alimentation où l’opposition irraisonnée du Sénat a obligé à repousser à la rentrée l’adoption définitive de ce texte pourtant primordial pour les agriculteurs et les consommateurs ; Ou encore sur le projet de Loi réformant la formation professionnelle et l’apprentissage, instaurant un vrai « big-bang » dans ces deux domaines, que le Sénat a purement et simplement refusé d’examiner ! En adoptant ces postures, la majorité sénatoriale donne à mon grand regret du grain à moudre à tous ceux qui souhaitent la disparition pure et simple de cette assemblée.

Dès le mois de septembre, le travail reprendra. Pas question de ralentir !

Au-delà de ces regrets, je suis heureux d’avoir participé à l’adoption de textes capitaux :

  • Loi sur la modernisation du code du travail pour plus de dialogue social dans l’entreprise et libérer davantage le travail
  • Loi pour un État au service d’une société de confiance
  • Loi pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie
  • Loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes
  • Loi relative à l’encadrement de l’utilisation du téléphone portable dans les établissements d’enseignement scolaire
  • Loi pour un nouveau pacte ferroviaire
  • Loi mettant fin à la recherche ainsi qu’à l’exploitation des hydrocarbures

Dès le mois de septembre, le travail reprendra. Le Premier Ministre l’a redit et souligné : Pas question de ralentir le train des réformes. Avec mes collègues Sénateurs du groupe La République en Marche, qui vient d’être renforcé avec l’arrivée de Françoise Cartron, « transfuge » du groupe Socialiste et Républicain, nous sommes prêts à participer à cette deuxième année du quinquennat de manière active et passionnée.

2 août 2018